Petits écrits

Aller en bas

Petits écrits

Message  Citronnelle le Ven 15 Juin - 21:57

Alors je me lance également mdr.
J'ai plusieurs écrit en cours... Mes idées vadrouillant à droite, à gauche, j’écris dès que cela viens.
Comme Yami le disait j'ai découvert plusieurs concours auquel je participe également.
J'ai déjà écrit 3 nouvelles, dont 2 sont envoyées.

Mais avant la découverte des différents concours, j'avais commencé un "roman" (Les guillemets sont pour l’absence de prétention) que j'avais imaginé... Puis l'un des concours demande un roman, j'ai donc choisi celui la, pour le concours.

Voici mon "tout rikiki" résumé, et un extrait. [je vais demander à Yami pour m'aider à mettre un spoiler héhé ]
Le rikiki résumé
Spoiler:
On ne prévoit jamais la date de sa mort, mais pourtant on y pense souvent. On en à même peur…

Comment ça se passe ? Est-ce qu’on souffre ? Ou va-t-on après ? Y’a-t-il un paradis ? Un enfer ? Rencontre-t-on des anges ? Dieux ? Lucifer ? Nos ancêtres ?

Certaine réponses ne sont pas loin… J’ai pu en avoir un aspect assez général…

Un extrait :
Spoiler:
Je repense aux événements de la journée… J’étais tellement heureuse de reprendre les cours. Après avoir travaillé un mois et demi dans un centre de loisir, j’allais enfin apprendre de nouvelles choses sur mon futur métier. Puis l’accident… La confusion, les pompiers, le sang… Tout c’est tellement déroulé si rapidement… Dans un souffle enflammé, les wagons du métro ont été presque pulvérisés… Les personnes se trouvant, à l’intérieur des wagons, comme en dehors ont étaient poussés violemment contre les parois qu’ils rencontraient… murs, fenêtres, panneaux publicitaires, assise… Les cris, le sang, les morts… Combien ont pu survivre ? Combien sont mort ?


avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  yami627 le Sam 16 Juin - 10:44

c'est gaie tout ça ! Razz Wink

_________________
avatar
yami627

Messages : 171
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://galerieyami.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Linda le Dim 17 Juin - 9:28

C'est une question que beaucoup de personnes se posent certainement. Ça, c'est pour ton premier spoiler.

Pour le deuxième, voici après corrections (c'est mon côté auteur qui veut que je corrige tout ! lol! ) :
Spoiler:

Je repense aux événements de la journée… J’étais tellement heureuse de reprendre les cours. Après avoir travaillé un mois et demi dans un centre de loisirs, j’allais enfin apprendre de nouvelles choses sur mon futur métier. Puis l’accident… La confusion, les pompiers, le sang… Tout est allé si vite !
Dans un souffle enflammé, les wagons du métro ont presque été pulvérisés… Les personnes se trouvant à l’intérieur des compartiments, comme en dehors, ont été poussés violemment contre les parois qu’ils rencontraient : murs, fenêtres, panneaux publicitaires, sièges…
Les cris, le sang, les morts… Combien ont pu survivre ? Combien sont décédés ?

C'est le début d'un genre de scénario catastrophe !
Il faut un peu plus pour se faire une véritable idée Smile

Bises Gif LSJ
avatar
Linda
Admin
Admin

Messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://lindasaintjalmes.nouslesfans.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  yami627 le Dim 17 Juin - 10:34

mdr Linda la terreur des fautes d'orthographe Wink

_________________
avatar
yami627

Messages : 171
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://galerieyami.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Citronnelle le Dim 17 Juin - 21:09

Merci Linda c'est très gentil... Je suis une vraie bille en orthographe... Pourtant je me suis beaucoup améliorée en 3 ans de BTS, ou j'ai repris des cours de CP car j'étais vraiment une catastrophe ambulante...
Malheureusement ca ne suffit pas... Je suis très fachée avec la grammaire et l'orthographe. A mon grand regret...

L'extrait que j'ai présentée fait parti de mon chapitre 5. Ce sont des chapitres très courts, étant donné qu'ils font 2/3/4 pages sur WORD.

Mais bon je suis loin d'être une artiste, et encore loin d'être une auteur pour le moment mdr.

avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Mélany le Lun 25 Juin - 15:50

Perso, ce que tu as posté me donne très envie de connaître le reste de ton roman, Citronnelle !

Tu as un bon style, une fois les petites fautes corrigées par notre Linda. calin

Continue !
avatar
Mélany

Messages : 627
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Citronnelle le Lun 25 Juin - 17:30

Pour le plaisir des yeux à Mélany alors (pas ceux de Linda elle va encore trouver plein de fautes mdr).
Mais pour le contentement de la lecture tout simplement.
Un petit extrait de mon avancé :
Chapitre 11

Spoiler:
Après plusieurs heures d’attente, Nour revient près de nous. Elle avait laissé caroline et Mélissa près du corps de Maissa pour suivre l’évolution. Elle ferrait un relai. Lorsque Caroline reviendrait, Nour repartirait, puis après ce sera au tour de Mélissa et ainsi de suite. Elle demande l’autorisation de nous parler en privée, mais Maissa tient à savoir ce qui se passait. Elle se redressa un peu, toujours lovée contre Jérôme. La vie de Maisa ne tenait qu’à un fils. Sa frêle ossature avait subit de nombreux dégâts lors de l’accident et les médecins ne c’étaient pas rendu compte des dommages interne. Si j’avais pu pleurer… je l’aurai fait. Cette sensation de retenu m’était totalement insupportable. Nour nous rapporta que Maissa était en salle d’opération au bloc quatre. Les médecins étaient très consciencieux et faisaient tout pour la garder en vie… Mais est-ce que cela suffirai ? Son cœur avait apparemment était très fragilisé et ils espéraient que tout ce passerait bien. La petite poigne de Maissa se referma sur le t-shirt vert de Jérôme, qui resserra son étreinte. Si c’était dur pour moi, cela devait être pire pour elle qui voyait là sa dernière chance de s’en sortir.

Je viens juste de l'écrire et je n'ai vraiment pas prit le temps de le relire... l'inspiration à décidé de m'habiter depuis hier, donc j'écris sans relâche.

avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Mélany le Mar 26 Juin - 9:03

Désolée, je vais faire comme Linda et corriger quelques fautes, Citronnelle... Ne m'en veut pas. Ça doit être mon côté lectrice de comité de lecture. Very Happy
Donc petite correction : là où il y avait des fautes, je les ai corrigées et j'ai mis les mots en rouge :

Citronnelle a écrit:
Après plusieurs heures d’attente, Nour revint près de nous. Elle avait laissé Caroline et Mélissa près du corps de Maissa pour suivre l’évolution. Elles ferraient un relais. Lorsque Caroline reviendrait, Nour repartirait, puis ce serait au tour de Mélissa, et ainsi de suite. Elle demanda l’autorisation de nous parler en privée, mais Maissa tenait à savoir ce qui se passait. Elle se redressa un peu, toujours lovée contre Jérôme. La vie de Maissa ne tenait qu’à un fil. Sa frêle ossature avait subi de nombreux dégâts lors de l’accident et les médecins ne s’étaient pas rendu compte des dommages interne. Si j’avais pu pleurer… je l’aurais fait. Cette sensation de retenu m’était totalement insupportable. Nour nous rapporta que Maissa était dans la salle d’opération du bloc quatre. Les médecins étaient très consciencieux et faisaient tout pour la garder en vie… Mais est-ce que cela suffirait ? Son cœur avait apparemment été très fragilisé et ils espéraient que tout se passerait bien. La petite poigne de Maissa se referma sur le t-shirt vert de Jérôme, qui resserra son étreinte. Si c’était dur pour moi, cela devait être pire pour elle qui voyait-là sa dernière chance de s’en sortir.

Une question : comment Maissa peut-être en même temps dans le bras de Jérôme et au bloc quatre en train de se faire opérer ?

Un petit truc : au début, il y a beaucoup de "elle". Mais je sais que c'est dur de faire autrement !
Et attention aux temps que tu utilises (hors dialogue qui sont généralement au présent), également. Soit tu mets tout au passé, soit tu mets tout au présent.

Sinon c'est très bien, Mélanie ! Mais pauvre Maissa, j'espère qu'elle va s'en remettre !
avatar
Mélany

Messages : 627
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Citronnelle le Mar 26 Juin - 15:25

Merci pour les fautes pas de soucis... Je suis vraiment nulle en français Sad ça me désole moi même...

Alors pour Maissa, c'est très simple. La maissa dans les bras de Jérôme ==> l'âme de Maissa,
Maissa dans le bloc opératoire ==> son corps.
c'est une histoire qui se passe dans les limbes Very Happy héhé

avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Mélany le Mar 26 Juin - 16:16

Ne t'inquiète pas pour tes fautes, Mélanie, tu vas progresser, avec le temps ! Patience.
Avant, il y a deux-trois ans, j'étais nule en orthographe... et regarde maintenant, ça va beaucoup mieux ! (même si les participes passés du verbes avoir me posent toujours quelques problèmes).

Ah d'accord pour Maissa, lol !
Par contre, les limbes, je ne sais pas ce que c'est ! Embarassed
avatar
Mélany

Messages : 627
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  yami627 le Mar 26 Juin - 16:22

les limbes est l'endroits où se retrouvent les âmes avant d'être jugés pour passé soit au paradis, soit aux enfers ^^ en gros Wink

_________________
avatar
yami627

Messages : 171
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://galerieyami.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Mélany le Mar 26 Juin - 16:30

Ah d'accord ! Merci Yami. I love you
avatar
Mélany

Messages : 627
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Citronnelle le Mar 3 Juil - 11:59

Promettez moi de ne pas me taper sur les doigts pour les fautes :'( s'il vous plaiiiiit

un petit cadeau Smile voici mon premier chapitre. En espérant que cela vous plaise Smile n'hésitez pas a donner votre avis qu'il soit positif ou négatif... C'est un peu pour ça que je le poste Very Happy

Spoiler:
Aujourd’hui est un jour fabuleux. Mon premier jour de classe. Quand je dis premier jour, ne croyais pas que je ne suis jamais allez en cours, non, non. Mais là, c’est mon premier jour de FAC. Certes j’étais déjà dans les études secondaires avant ça, mais en lycée, donc je n’ai pas vraiment quitté le milieu scolaire sécurisé, qui nous suit si ont à de mauvais résultats. Mais là, tous sera différents, l’autonomie, les profs, les classes, le nombre d’élèves…
Je sors d’un BTS Animation et gestion touristiques locales. J’aime l’histoire, les langues et le contact humains. Mais j’adore vraiment étudier et apprendre de nouvelle chose, pour pouvoir ensuite les partager avec d’autres. C’est pour ça que j’ai décidé de continuer mes études. Je rentre en Licence. J’ai choisi une licence professionnelle dans le tourisme avec une spécialité d’histoire avancée. Elle regroupe plusieurs points que j’aime, tous d’abord ceux que je vous aie cités précédemment, mais aussi des points importants comme le partage des valeurs, la découverte...
Ma vie n’est pas toute rose, elle ne l’a jamais était. Je vie seule avec ma mère et ma jeune sœur Victoria. Ma mère travaille dans un super marché où le patron est très dur, surtout envers les femmes… Ma maman est forte, vous savez… Mais dé fois elle se laisse abattre et baisse les bras. Elle a fait plusieurs dépressions… Mais à son âge trouver un autre emploi, alors qu’elle n’a pas de diplôme, c’est compliqué, surtout au vu de la conjoncture actuelle. Je l’aide à remonter la pente le plus possible, ma sœur est encore un peu jeune, et j’essaie tant bien que mal de la préserver de tous ça. C’est pourquoi j’ai préféré ne pas prendre de chambre étudiante, mais rester à la maison pour aider ma mère, malgré les une heure, quarante-cinq minutes de transport matin et soir pour y aller –s’il n’y a pas de retard-.
C’est l’heure. Le réveil affiche 6 heures. Je me lève et me prépare. Après un petit déjeuner rapide, je réveil Vic –c’est le surnom de ma sœur-. Vic n’as que 14 ans. Elle est un peu plus petite que moi, bien que je ne sois pas très grande avec mes 1m70. Vic à de longs cheveux bouclés, comme ma mère, d’un brun foncé. Tandis que moi je tiens plus de mon père, d’après mes souvenirs en tous cas. J’ai les cheveux châtain clair, et légèrement ondulés.
Mon père, nous a abandonnées à la naissance de Vic. Donc je me souviens un peu de notre vie ensemble… C’était loin d’être une vie meilleure qu’aujourd’hui. Mon père était violent et insultait souvent ma mère. Mais avec les années qui passent, ont tente d’oublier les mauvais souvenirs.
Une fois Vic levée, je l’embrasse prends mes affaires, et file prendre mon bus. Un arrêt est tous proche de la maison pour emmener les jeunes à la gare, où les attendent un autre car, ou un train, comme moi. Cependant dès demain, je devrais me lever plus tôt, et aller à la gare à pied, ce n’est pas très loin, seulement à 40 minutes… Mais le bus ne passe pas plus tôt, et avec le transport, il me faudra arriver pour 8 heures et demi au lycée. Aujourd’hui tout débute à 10heures, j’ai donc du temps. A l’arrêt d’autobus je vois plusieurs jeunes. Vic à de la chance, maman l’emmène pour la rentrer. A vrai dire, son lycée ce trouve pas loin de la zone industrielle et commerciale, ou travaille maman, et donc c’est sur sa route.
Le bus démarre et très vite nous arrivons à la gare. Le temps est magnifique, c’est sympa de rentrer sous un soleil radieux. Même si ca donne encore un air de vacance à cette rentrée. Arrivée à la gare, j’ai tous juste le temps de sauter dans le train et deux minutes après, le train démarre. OUF. C’est partie pour une heure. Je m’installe sur un fauteuil à coté d’un homme d’une quarantaine d’année, et d’une femme un peu plus âgée. Le train est presque plein en partance de Coulommiers et il va encore très vite se remplir. Beaucoup de gens travail sur Paris où les environs. Je fouille dans mon sac et sort un livre de poche. Durant le trajet les gens ne parle pas beaucoup. Ils sont silencieux, beaucoup font la sieste, rattrape le sommeil perdue. A vraie dire une heure de trajet, c’est long. Arrivée à la gare de l’Est, je descends les escaliers, et m’engouffre dans les tunnels du métro. Je recherche où je dois aller. Ha ! Voilà métro 7. J’ai la chance de ne pas devoir faire plusieurs changements. Je me trouve une place. La chaleur est déjà étouffante… C’est désagréable. Je n’aime pas trop les gens à Paris, la plus part tire la tête ou son mal polie… J’ai trente minutes de métro, ce n’est pas trop long encore… L’odeur est assez forte dès le matin, à moins que ce soit l’homme assis en face de moi qui est oublié le savon sous sa douche ce matin ? Il me regarde intensément, j’esquisse un sourire rapide -n’allons pas lui donner des idées- et tourne la tête pour regarder défiler… les câbles électrique contre une paroi noirâtre… Que c’est triste le métro enfaite, je comprends pourquoi les gens sont aigris finalement… On va arriver à Châtelet, encore quatre arrêt après celui-ci et je serais arrivée.
Une détonation assourdissante ce fait entendre. Le wagon du métro tremble violemment, et je voix arriver face à moi des flammes gigantesques… En à peine deux microsecondes… Je cris : « A TERRE », je ne sais pas pourquoi je fais ça… Je trouve ça justifié sans doute… Les vitres explosent, les gens sont envoyés à travers les fenêtres, ou contre les parois… Ma jambe est écrasée sous un fauteuil. Du sang coulent le long de mon œil droit et mes oreilles bourdonnent fortement. J’ai du mal à respirer, ma cage thoracique est oppressée sous un poids important, mais j’ai si mal au cou que je n’arrive pas à regarder de quoi il s’agit… D’ailleurs mes yeux sont fermés… J’ai peur de les ouvrir, peur de voir ce qu’il y a autour de moi… Suis-je vraiment encore en vie ? Je pousse un petit gémissement de douleur, mais je ne l’entends même pas. Je n’entends qu’un son strident qui ne s’interrompt pas.
Je sens quelqu’un me toucher le bras, j’entrouvre les yeux. Je voix flou, il y a beaucoup de fumée aussi… J’aperçois des rayons de lumières qui bougent. La personne qui me regarde, me parle, mais je n’entends rien… J’essai de bouger les lèvres pour lui dire que je n’entends plus… Il à l’air d’avoir compris. Il me pose un masque sur le nez. Je le vois crier dans une direction et deux autres personnes arrives munit d’instruments… Ce sont les pompiers, je l’ai compris maintenant. Ils me dégagent, laborieusement, me parle. Il me touche le bras, me tienne la main, pour montrer qu’ils sont là, qu’ils vont me sortir d’ici. Ils sont trois autour de moi à s’afférer à dégager mon corps des débris. Quand le poids qui retenais ma cage thoracique sans va, je sens une douleur fulgurante m’assaillir… J’ai certainement dû pousser un cri atroce, car le pompier pose sa main sur ma blessure. Je vois son visage s’endurcir. Il doit de nouveau crier après ses collègues, mais je n’entends toujours aucun son hormis cet affreux bruit aigu… Il lâche prise et fait signe à ses collègues pour qu’ils se dépêchent… Maintenant, j’ai compris pourquoi j’avais mal… Le gant du pompier, qui est normalement d’une couleur jaunâtre, est rouge… Rouge de mon sang. Il tente de me rassurer et essaye d’arrêter le sang comme il peut. Il me fait signe avec son autre main de continuer de le regarder. De ne pas perdre ses yeux… Mais je suis fatiguée… J’ai les paupières lourdes, j’ai mal, je n’ai plus de force… Je me sens faible… Mes paupières vacillent, mais il sert ma main, et me refait le même geste. De ses deux doigts : l’index et le majeur, il les place devant mes yeux, et les place devant ses yeux. Regarde moi me fait il comprendre… Je lutte… Les pompiers arrivent avec un brancard et me hisse, je vois toujours flou, mais il m’emmène et j’observe toujours le pompier, puis tout autour. Sur les coté j’aperçois des carreaux de carrelages décollés, des corps étalés… Certainement mort… Beaucoup d’ombres mouvantes vont et vienne, de la sortie au métro, du métro à la sortie… Munies de brancards, de petites valises, certainement des trousses à pharmacies. Le jet d’eau est encore actif, certaines flammes persistent…
Une fois dans le camion, la sirène retentie et il démarre… Je ne vois pas le temps passer… Ils sont déjà en train de me descendre du camion… Je me sens partir… Je me sens vide… Je me sens…. Bien.

Je m’appelle Ambre, Ambre Thomas. J’ai 21 ans. Et mon histoire commence ICI
avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Citronnelle le Mar 3 Juil - 12:00

yami627 a écrit:les limbes est l'endroits où se retrouvent les âmes avant d'être jugés pour passé soit au paradis, soit aux enfers ^^ en gros Wink

vui c'est tout à fait cela Smile pour ma part c'est la où se trouvent les fantôme érrants ou cherchant à finir ce qu'ils avaient à faire, et les âmes des personnes dans le coma =)
avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Mélany le Mer 4 Juil - 13:03

D'accord pour les limbes. ^^
Merci pour ton premier chapitre !

Petite correction rapide (je ne sais pas si tu vas la prendre en compte ou non) :

Citronnelle a écrit:Aujourd’hui est un jour fabuleux. Mon premier jour de classe. Quand je dis premier jour, ne croyez pas que je ne suis jamais allée en cours, non, non. Mais là, c’est mon premier jour de FAC. Certes, j’étais déjà dans les études secondaires avant ça, mais au lycée, donc je n’ai pas vraiment quitté le milieu scolaire sécurisé, qui nous suit si on a de mauvais résultats. Mais là, tous sera différent : l’autonomie, les profs, les classes, le nombre d’élèves…
Je sors d’un BTS Animation et gestion touristiques locales. J’aime l’histoire, les langues et le contact humains. Mais j’adore vraiment étudier et apprendre de nouvelles choses, pour pouvoir ensuite les partager avec d’autres. C’est pour ça que j’ai décidé de continuer mes études. Je rentre en Licence. J’ai choisi une licence professionnelle dans le tourisme avec une spécialité d’histoire avancée. Elle regroupe plusieurs points que j’aime, tous d’abord ceux que je vous ai cités précédemment, mais aussi des points importants comme le partage des valeurs, la découverte...
Ma vie n’est pas toute rose, elle ne l’a jamais été. Je vis seule avec ma mère et ma jeune sœur Victoria. Ma mère travaille dans un super marché où le patron est très dur, surtout envers les femmes… Ma maman est forte, vous savez… Mais des fois elle se laisse abattre et baisse les bras. Elle a fait plusieurs dépressions… Mais à son âge, trouver un autre emploi, alors qu’elle n’a pas de diplômes, c’est compliqué, surtout au vu de la conjoncture actuelle. Je l’aide à remonter la pente le plus possible, ma sœur est encore un peu jeune, et j’essaie tant bien que mal de la préserver de tout ça. C’est pourquoi j’ai préféré ne pas prendre de chambre étudiante, mais rester à la maison pour aider ma mère, malgré les une heure (ça ne se dit pas), quarante-cinq minutes de transport matin et soir pour y aller –s’il n’y a pas de retard-.
C’est l’heure. Le réveil affiche 6 heures. Je me lève et me prépare. Après un petit déjeuner rapide, je réveil Vic –c’est le surnom de ma sœur-. Vic n’a que 14 ans. Elle est un peu plus petite que moi, bien que je ne sois pas très grande avec mon mètre soixante-dix. Vic à de longs cheveux bouclés, comme ma mère, d’un brun foncé. Tandis que moi je tiens plus de mon père, d’après mes souvenirs en tous cas. J’ai les cheveux châtain clair, et légèrement ondulés.
Mon père nous a abandonnées à la naissance de Vic. Donc je me souviens un peu de notre vie ensemble… C’était loin d’être une vie meilleure qu’aujourd’hui. Mon père était violent et insultait souvent ma mère. Mais avec les années qui passent, on tente d’oublier les mauvais souvenirs.
Une fois Vic levée, je l’embrasse, prends mes affaires, et file prendre mon bus. Un arrêt est tous proche de la maison pour emmener les jeunes à la gare, où les attendent un autre car, ou un train, comme moi. Cependant, dès demain, je devrais me lever plus tôt, et aller à la gare à pied, ce n’est pas très loin, seulement à 40 minutes… Mais le bus ne passe pas plus tôt, et avec le transport, il me faudra arriver pour 8 heures et demi au lycée. Aujourd’hui tout débute à 10 heures, j’ai donc du temps. À l’arrêt d’autobus je vois plusieurs jeunes. Vic à de la chance, maman l’emmène pour la rentrer. À vrai dire, son lycée se trouve non loin de la zone industrielle et commerciale, travaille maman, et donc c’est sur sa route.
Le bus démarre et très vite nous arrivons à la gare. Le temps est magnifique, c’est sympa de rentrer sous un soleil radieux. Même si ça donne encore un air de vacances à cette rentrée. Arrivée à la gare, j’ai tout juste le temps de sauter dans le train et deux minutes après, le train démarre. Ouf. C’est partie pour une heure. Je m’installe sur un fauteuil à coté d’un homme d’une quarantaine d’année, et d’une femme un peu plus âgée. Le train est presque plein en partance de Coulommiers et il va encore très vite se remplir. Beaucoup de gens travaillent sur Paris ou les environs. Je fouille dans mon sac et sort un livre de poche. Durant le trajet les gens ne parlent pas beaucoup. Ils sont silencieux, beaucoup font la sieste, rattrape le sommeil perdue. À vraie dire, une heure de trajet, c’est long. Arrivée à la gare de l’Est, je descends les escaliers, et m’engouffre dans les tunnels du métro. Je recherche où je dois aller. Ha ! Voilà, métro 7. J’ai la chance de ne pas devoir faire plusieurs changements. Je me trouve une place. La chaleur est déjà étouffante… C’est désagréable. Je n’aime pas trop les gens à Paris, la plus part tire la tête ou son mal polis… J’ai trente minutes de métro, ce n’est pas trop long encore… L’odeur est assez forte dès le matin, à moins que ce soit l’homme assis en face de moi qui ait oublié le savon sous sa douche ce matin ? Il me regarde intensément, j’esquisse un sourire rapide -n’allons pas lui donner des idées- et tourne la tête pour regarder défiler les câbles électrique contre une paroi noirâtre. Que c’est triste le métro en faite, je comprends pourquoi les gens sont aigris finalement… On va arriver à Châtelet, encore quatre arrêt après celui-ci et je serais arrivée.
Une détonation assourdissante ce fait entendre. Le wagon du métro tremble violemment, et je voix arriver face à moi des flammes gigantesques… En à peine deux microsecondes… Je cris : « À TERRE !», je ne sais pas pourquoi je fais ça… Je trouve ça justifié, sans doute… Les vitres explosent, les gens sont envoyés à travers les fenêtres, ou contre les parois… Ma jambe est écrasée sous un fauteuil. Du sang coulent le long de mon œil droit et mes oreilles bourdonnent fortement. J’ai du mal à respirer, ma cage thoracique est oppressée sous un poids important, mais j’ai si mal au cou que je n’arrive pas à regarder de quoi il s’agit… D’ailleurs mes yeux sont fermés… J’ai peur de les ouvrir, peur de voir ce qu’il y a autour de moi… Suis-je vraiment encore en vie ? Je pousse un petit gémissement de douleur, mais je ne l’entends même pas. Je n’entends qu’un son strident qui ne s’interrompt pas.
Je sens quelqu’un me toucher le bras, j’entrouvre les yeux. Je voix flou, il y a beaucoup de fumée aussi… J’aperçois des rayons de lumières qui bougent. La personne qui me regarde, me parle, mais je n’entends rien… J’essai de bouger les lèvres pour lui dire que je n’entends plus… Il a l’air d’avoir compris. Il me pose un masque sur le nez. Je le vois crier dans une direction et deux autres personnes arrives munit d’instruments… Ce sont les pompiers, je l’ai compris maintenant. Ils me dégagent, laborieusement, me parlent. Ils me touchent le bras, me tiennent la main, pour montrer qu’ils sont là, qu’ils vont me sortir d’ici. Ils sont trois autour de moi à s’afférer à dégager mon corps des débris. Quand le poids qui retenais ma cage thoracique sans va, je sens une douleur fulgurante m’assaillir… J’ai certainement dû pousser un cri atroce, car le pompier pose sa main sur ma blessure. Je vois son visage s’endurcir. Il doit de nouveau crier après ses collègues, mais je n’entends toujours aucun son hormis cet affreux bruit aigu… Il lâche prise et fait signe à ses collègues pour qu’ils se dépêchent… Maintenant, j’ai compris pourquoi j’avais mal… Le gant du pompier, qui est normalement d’une couleur jaunâtre, est rouge… Rouge de mon sang. Il tente de me rassurer et essaye d’arrêter le sang comme il peut. Il me fait signe avec son autre main de continuer de le regarder. De ne pas perdre ses yeux… Mais je suis fatiguée… J’ai les paupières lourdes, j’ai mal, je n’ai plus de force… Je me sens faible… Mes paupières vacillent, mais il sert ma main, et me refait le même geste. De ses deux doigts : l’index et le majeur, il les place devant mes yeux, et les place devant ses yeux. Regarde moi, me fait-il comprendre… Je lutte… Les pompiers arrivent avec un brancard et me hisse, je vois toujours flou, mais il m’emmène et j’observe toujours le pompier, puis tout autour. Sur les cotés j’aperçois des carreaux de carrelages décollés, des corps étalés… Certainement mort… Beaucoup d’ombres mouvantes vont et viennent, de la sortie au métro, du métro à la sortie… Munies de brancards, de petites valises, certainement des trousses à pharmacies. Le jet d’eau est encore actif, certaines flammes persistent…
Une fois dans le camion, la sirène retentie et il démarre… Je ne vois pas le temps passer… Ils sont déjà en train de me descendre du camion… Je me sens partir… Je me sens vide… Je me sens…. Bien.

Je m’appelle Ambre, Ambre Thomas. J’ai 21 ans. Et mon histoire commence ici.

Alors, comme tu as demandé un avis... Je vais être sincère, Mélanie. J'espère ne pas te vexer en te disant que le début du chapitre serait à retravailler, notament sur ton style et les répétitions (je ne parle pas des fautes d'orthographe). Ensuite, dès que l'accident du métro survient, ton style est beaucoup mieux ! Cette partie est très bien, même si il reste des fautes et des répétitions.

Voilà. Mais continue surtout !
avatar
Mélany

Messages : 627
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Citronnelle le Lun 16 Juil - 21:53

Merci Mél.
Qu'est ce qui ne te plait pas dans mon début? hormis les répétitions (faut je me relise encore et encore de toute façons Smile).
Merci en tout cas pour ton avis et ne t'inquiète pas je ne suis pas vexée.
avatar
Citronnelle

Messages : 59
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 29
Localisation : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Mélany le Jeu 9 Aoû - 11:55

Ce qui me gêne dans ton début, Mélanie, c'est tes formulations de phrase et ton style, un peu trop "oral", les répétitions et les fautes. Je ne sais pas trop comment le dire... Mais ce n'est que mon avis, bien entendu ! Cela peut tout à fait convenir à d'autres (une fois les fautes corrigées). Avec un peu de travail, ça sera beaucoup mieux. =)

Je suis contente que tu ne sois pas vexée. Les critiques et conseils sont fait pour avancer et progresser, et non pas pour casser l'auteur !
avatar
Mélany

Messages : 627
Date d'inscription : 22/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits écrits

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum